David jouant de la harpe

Identification du bien culturel

N°Inventaire, ancien(s) numéros(s), autres numéros, N° de dépôt

INV 9922, recto

Domaine (catégorie du bien)

dessin

Titre

David jouant de la harpe

Auteur / exécutant / collecteur

CARDUCHO Vicente

Précisions / auteur / exécutant / collecteur

Né à Florence en 1576 ; mort à Madrid en 1638 ; son frère Bartolomé, son maître, l'accompagna en Espagne quand il était très jeune. Peintre le plus estimé dans le Madrid de Philippe III et Philippe IV jusqu'à l'arrivée de Velasquéz, il peignit la série consacrée aux chartreux entre 1626 et 1632. Il exerça une grande influence et la plupart des artistes madrilènes de la première génération pleinement baroque furent ses élèves. Ses nombreux dessins connus témoignent d'un travail extrêmement consciencieux. Ce dessin fait partie du fonds des anonymes italiens et porte une proposition d'attribution anonyme (G. Bora ?) à Giulio Campi, sans véritables liens avec cet artiste. Il reste aussi difficile de le donner à Vicente Carducho avec certitude. Les affinités avec les dessins rehaussés de lavis, peu nombreux, de Bartolomé Carducho (vers 1560-1609) sont en effet très étroites (...). Les proportions de la figure sont plus fidèles à celles utilisées par Bartolomé, plus proches des normes de la fin du XVIe siècle. Mais Vicente hérita très directement de la technique graphique employée par Bartolomé (...).

Ecole

Espagnole

Anciennes attributions

Anciennes attributions : ANONYME ITALIEN XVIe s ; CAMPI Giulio

Période de création / exécution

16e siècle, 17e siècle

Matériaux et techniques

Plume, encre brune, lavis brun, pierre noire, lavis d'encre brune, stylet, papier (beige)

Mesures

H. en m 0,174 ; L. en m 0,073

Description

Plume et encre brune, lavis d'encre brune, contours incisés au stylet, sur papier beige. Mis au carreau à la pierre noire. Annotation ancienne en bas au centre, à la plume et encre brune : Davit (sic). Contrecollé

Sujet représenté

Figure biblique (David, en pied, socle, harpe)

Précisions sur le sujet représenté

Iconographie religieuse

Contexte historique

Genèse

Oeuvre en rapport, dessin mis aux carreaux

Historique – Objets associés

La feuille du Louvre est traitée avec une facture lourde et épaisse, de façon semblable à un Saint évêque (Madrid, Prado, inv. F.A. 65 ; Angulo Pérez Sanchez, 1977, cat. 140, p. 31-32, pl. XXIX), mis au carreau pour Vicente. L'iconographie du roi David rappelle celle de la suite des Royaumes d'Espagne (Angulo-Pérez Sanchez, ibid, cat. 212-213, p. 42-43, pl. LVIII-LIX) mais ne saurait être assimilée au grand format de cet ensemble homogène, peut-être projeté pour les funérailles de Philippe II à San Jeronimo el Real en 1621 (Angulo-Pérez Sanchez, 1969, p. 107). (...) (L. Boubli, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, ventaire Général des dessins de l'Ecole espagnole, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, 2002, RMN, n° 53, p. 70, 71)

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de l'Etat, saisie révolutionnaire, musée du Louvre département des Arts graphiques

Date d’acquisition

1796

Ancienne appartenance

Saint-Morys ; Saint-Morys, Charles-Paul-J.-B. de Bourgevin Vialart de ; dernière provenance : Saint-Morys, Ch.-P.-J.-B. de Bourgevin Vialart de

Localisation

Paris ; musée du Louvre département des Arts graphiques

Informations complémentaires

Commentaires

Ch.-P. Saint-Morys ; saisie des Emigrés, en 1793, remise au Museum en 1796-1797.

Bibliographie

Alfonso Emilio Pérez Sanchez, Lizzie Boubli, ' Dessins espagnols. Maîtres des XVIe et XVIIe siècles ', RMN, 1991