Tritons

Identification du bien culturel

N°Inventaire, ancien(s) numéros(s), autres numéros, N° de dépôt

INV 197, verso

Domaine (catégorie du bien)

dessin

Titre

Tritons

Précisions / auteur / exécutant / collecteur

Né en 1560 ; mort en 1609

Ecole

Bolonaise

Anciennes attributions

Imitation de, BANDINELLI Baccio

Période de création / exécution

4e quart 16e siècle, 1er quart 17e siècle

Mesures

H. en m 0,202 ; L. en m 0,284

Description

Papier bêtaradiographié. Deux annotations : Annibale Carraci, à la plume et caraci, à la pierre noire

Précisions sur le sujet représenté

Rome, Vatican, Sala Regia, oeuvre en rapport, triton

Contexte historique

Genèse

Oeuvre en rapport

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de l'Etat, saisie révolutionnaire, musée du Louvre département des Arts graphiques

Date d’acquisition

1793

Ancienne appartenance

Saint-Morys ; Lankrink, Prosper Henry ; Saint-Morys, Charles-Paul-J.-B. de Bourgevin Vialart de dernière provenance : Saint-Morys, Ch.-P.-J.-B. de Bourgevin Vialart de

Localisation

Paris ; musée du Louvre département des Arts graphiques

Informations complémentaires

Commentaires

Les deux faces de cette feuille semblent rassembler des copies de décors de Perino del Vaga (1501-1547) : les tritons de la voûte de la Sala Reggia au Vatican pour le verso, et pour le recto on peut penser à une partie détruite du salon du Palazzo Melchiorre Baldassini à Rome (Parma Armani, 1986, fig. 19, pour un motif proche). Une autre version de ce sujet, indubitablement de la main d'Agostino, est conservée à la Biblioteca Reale de Turin (A. Bertini, I disegni italiani della Biblioteca Reale di Torino, Rome, 1958, n° 462). Les rapports avec Annibale sont évidemment très étroits, d'autant plus que les dessins de Windsor d'après Michel-Ange (R. Wittkower, The Drawings of the Carracci in the Collection of Her Majesty the Queen at Windsor Castle, Londres, 1952, nos 419 et 420), d'un style voisin, sont donnés généralement à Annibale (Joannides, 1998, n° 52). Cependant, à juste titre, P. Joannides s'interroge sur la chronologie de dessins de ce style dans l'oeuvre d'Annibale et propose une datation vers 1604. Or à cette époque Annibale ne dessine plus exactement de cette manière, ses figures sont traitées géométriquement mais avec une élongation des corps que l'on ne trouve pas ici. (C. Loisel, Musée du Louvre, département des arts graphiques, Inventaire général des dessins italiens, VII : Ludovico, Agostino, Annibale Carracci, Paris, RMN, 2004, n° 277, p. 173-174). Labbé et Bicart-Sée, 1987, p. 32 P.-H. Lankrink (L. 2090) ; Ch.-P. de Saint-Morys ; saisie des biens des Émigrés en 1793, remise au Museum en 1796 et 1797 ; marque du musée (L. 1886).