Soldats jouant aux cartes dans un corps de gardes

Identification du bien culturel

N°Inventaire

M.P.Lav.1894-132

Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Soldats jouant aux cartes dans un corps de gardes

Précision auteur

BOURDON : Montpellier, 1616 ; Paris, 1671

Ecole-pays

France

Période de création

2e quart 17e siècle

Millésime de création

1640

Matériaux - techniques

peinture à l'huile, bois

Mesures

Hauteur en cm 31.5 ; Longueur en cm 25.5

Inscriptions

Annotation, cachet

Précisions inscriptions

Étiquette manuscrite en haut au centre au dos du cadre : N°29 Eu ; cachet de cire rouge en bas à droite : Reste d'un cachet au dos du cadre

Précisions sujet représenté

Dans le recoin de quelque citadelle, deux soldats jouent aux cartes sur un tambour au pied d'une colonne. Quatre de leurs camarades assistent à la scène et l'un des joueurs montre avec empressement ses cartes à un compagnon, tandis que son adversaire semble se lamenter de son propre jeu. Au premier plan un chien flaire le sol. A l'arrière, par une arcade donnant sur l'extérieur, apparaissent une sentinelle ainsi que d'autres soldats et un bastion de forteresse. Si l'attribution traditionnelle de ce panneau à Sébastien Bourdon est confirmée sans réserve par Jean-Pierre Cuzin (communication orale, 1990), comme par Michel Laclotte (communication orale, 2005), Jacques Thuillier estime, en revanche (cat. exp. Montpellier, Strasbourg, 2000-2001), que dans ce 'joli petit tableau, touché spirituellement (...) rien ne semble désigner plus particulièrement la main de Bourdon'. Que le tableau soit ou non autographe, il évoque effectivement les oeuvres exécutées par Bourdon immédiatement après son séjour romain (1634-1637) et qu'il continue à réaliser à Paris jusqu'à la fin de la décennie 1640, pièces d'ailleurs très recherchées par les amateurs du temps. Avant de consacrer l'essentiel de son art à la peinture d'histoire, Bourdon a en effet embrassé la carrière de peintre de bambochades. C'est à Rome que le jeune artiste s'est intéressé aux travaux des Bamboccianti, émules de Pieter Van Laer (Haarlem, 1592-1595 - Haarlem, 1642), surnommé 'le Bamboche'. Bourdon a repris à son compte le vocabulaire réaliste et pittoresque de ces artistes qui mettent en scène, dans des décors de ruines, dans des antres rustiques ou des bâtisses délabrées, les figures populaires et soldatesques de la Rome du XVIIe siècle. On retrouve justement ici cette même iconographie avec les tonalités sourdes et sombres qui sont celles de cette école de tradition nordique, mais avec une touche légère et un certain raffinement dans le rendu des nuances des couleurs. Notice de Matthieu Pinette

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, don, Amiens, musée de Picardie

Date acquisition

1890

Ancienne appartenance

Collection privée, Lavalard, Frères, 1890

Informations complémentaires

Exposition

Londres, Royal Academy of Arts, The Age of Louis XIV, 1958. (n° 114)#Paris, musée du Petit Palais, Le XVIIe siècle français. Chefs-d'oeuvre des musées de province, 1958. (n° 12)#Berne, Kunstmuseum, Das 17 Jahrhundert in der Französischen Malerei, 1959. (n° 10)

Bibliographie

Catalogue des tableaux composant la collection Lavalard Frères de Roye au musée de Picardie, Amiens, 1894. (p.31, n°132 (Bourdon)) Catalogue descriptif des tableaux et sculptures du musée de Picardie, Amiens, Impr. Piteux Frères, 1899. (p.211, n°133 (Bourdon)) Catalogue descriptif des tableaux et sculptures du musée de Picardie, Amiens, Impr. Picarde, 1911. (n°131 (Bourdon)) Vergnet-Ruiz Jean et Laclotte Michel, Petits et grands musées de France. Peinture française des primitifs à nos jours, Paris, 1962. (pp. 42, 228) Foucart (Borville) Jacques, Les Lavalard, Amiens, 1977. (p. 42) Wright Christopher, The French Painters of the Seventeenth Century, Boston, 1985. (p. 147) Saint-Riquier, musée départemental de l'abbaye, Le temps des jeux. Perdre et gagner en société, 1998. (p. 26) Montpellier, musée Fabre, Strasbourg, musée des Beaux-Arts, Sébastien Bourdon. 1616-1671, 2000-2001 (catalogue de Jacques Thuillier). (p. 496-497, n° 186) Pinette Matthieu, Peintures françaises des XVIIe et XVIIIe siècles des musées d'Amiens, musée de Picardie / Somogy éditions d'art, 2006 (272 p. ; ouvrage accompagné d'un CD-Rom contenant l'intégralité des notices). (p. 18, ill.)