Ulysse 31

Identification du bien culturel

N°Inventaire

207.08.118

Dénomination

Réveil (à mouvement mécanique, animé)

Titre

Ulysse 31

Précision auteur

SOCIETE JAEGER-LEVALLOIS : Entreprise Suisse, d'abord LeCoultre puis Jaeger-LeCoultre à partir de 1937. Cette société devient actionnaire majoritaire de la S.A 'Réveils Bayard' à partir de 1978. D'octobre 1980 à janvier 1984, Alain Beaud, secrétaire général de la S.A Jaeger devient PDG de la société 'Réveils Bayard'. Bayard fait alors partie du groupe Matra-Horlogerie en tant que filiale de Jaeger-Levallois

Période de création

4e quart 20e siècle

Millésime de création

1984

Matériaux - techniques

Tôle, embouti, galvanoplastie, vernis, aluminium, poli

Mesures

Longueur en cm 11.2 ; Epaisseur en cm 4 ; Hauteur en cm 12.5 ; Diamètre en cm 11.2

Inscriptions

Marque de fabrique (français), inscription (anglais), logo (français)

Précisions inscriptions

Marque de fabrique, Au centre : BAYARD ; inscription, En bas du cadran : DIC. TMS 1981 MADE IN FRANCE ; logo, Sur le boîtier : Le logo est composé d'un cercle ovale représentant un cadran stylisé avec deux droites perpendiculaires symbolisant les aiguilles. Les figures sont accompagnées des inscriptions 'BAYARD', 'D', 'B', 'FRANCE'. : BAYARD D - B FRANCE

Description

Il s'agit d'un réveil Bayard animé de référence GA 145. Le mouvement mécanique est logé dans un boîtier circulaire en tôle emboutie vernie argentée de 11.5 cm de diamètre. Une lunette circulaire en aluminium poli de 11.5 cm de diamètre est fixée sur le boîtier. L'ensemble est posé sur une embase en tôle emboutie vernie argentée. Le cadran bleu est décoré 'Ulysse 31'. Il est accompagné de son fils, Télémaque (à droite), de son robot Nono avec sa tête animée et de Thémis. Le cadran comporte des chiffres arabes aux contours blancs et deux aiguilles blanches, seule celle des heures est surmontée d'une étoile

Sujet représenté

Scène (Ulysse, Télémaque, Thémis, Nono le robot, robot)

Précisions sujet représenté

'Ulysse 31' est une série télévisée d'animation franco-japonaise, créée par Bernard Deyriès, Jean Chalopin et Nina Wolmark d'après l'Odyssée d'Homère et diffusée à partir de 1981 sur FR3. Coproduite par les studios Tôkyô Movie Shinsha, cette série transpose au XXXIe siècle (d'où le 31 présent dans le titre), l'histoire de l'Odyssée ainsi que d'autres épisodes de la mythologie grecque. Télémaque, fils d'Ulysse vient de fêter son anniversaire et reçoit en cadeau Nono, petit robot rouge farceur. Lors de son retour vers la Terre à bord de l'Odysséus, Télémaque est enlevé par les moines adorateurs du Cyclope, créature du dieu Poséidon. Lors de sa captivité, Télémaque fera la connaissance de Thémis et Noumaïos, deux enfants prisonniers également, originaires de la planète Zotra

Contexte historique

Lieu de création/utilisation

France, Haute-Normandie, Saint-Nicolas-d'Aliermont (lieu d'exécution)

Utilisation / Destination

Mesure du temps

Précisions utilisation

Les parties animées fonctionnent simplement grâce au mouvement de l'ancre d'échappement. Le mécanisme du réveil animé est le même que celui des autres réveils standards. C'est un mouvement ordinaire, dont l'axe de l'ancre, animé d'un mouvement de bascule, est prolongé et troue le cadran. A l'extrémité de cet axe, est fixée la figurine choisie, qui oscille au grès des secondes et anime ainsi le sujet représenté sur le cadran

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, achat, Saint-Nicolas-d'Aliermont, musée de l'Horlogerie Aliermontaise

Date acquisition

2007

Ancienne appartenance

Béhague Alain

Localisation

Saint-Nicolas-d'Aliermont ; musée de l'Horlogerie Aliermontaise

Informations complémentaires

Commentaires

Très populaires, ces réveils reflètent une époque marquée par le succès de Disney ainsi que des dessins animés diffusés en France. Le premier réveil animé fabriqué par Bayard est le réveil Mickey Mouse, mis en vente en 1930. Le deuxième est Blanche-Neige créé en 1938. Après le succès commercial des deux premiers, dix années s'écoulent à nouveau avant que paraissent les modèles suivants. C'est Pinocchio qui redémarre la série, Donald est le quatrième, imaginé sur le même concept que Mickey avec sa tête et ses bras mobiles. Par la suite, la production se diversifie, Bayard lance des réveils mettant en scène des personnages d'émissions pour enfants et une série ' Villes et provinces de France ' à partir des années 1950. Bayard produit même une gamme de réveils érotiques, les ' Parisiennes ' à partir de 1985, en collaboration avec le dessinateur Aslan (Rf. Communiqué sur le lancement de la nouvelle gamme ' Les Parisiennes ', Boîte archive n°7.2). ; GA 145

Bibliographie

LANGLAIS Cyrielle, LOMBARDI Marianne, Réveils animés Bayard, le XXème siècle à travers la vie quotidienne, catalogue de l'exposition, juillet 2011,