Réveil (à mouvement mécanique, à répétition)

Identification du bien culturel

N°Inventaire

207.08.233

Dénomination

Réveil (à mouvement mécanique, à répétition)

Appellation

Stentor

Précision auteur

SOCIETE DES ANCIENS ETABLISSEMENTS DUVERDREY & BLOQUEL : ?, 1916 ; ?, 2eme moitié 20e siècle

Période de création

4e quart 20e siècle

Millésime de création

1980

Matériaux - techniques

Tôle, embouti, galvanoplastie, chromé, nickelé, matière plastique, aluminium, poli

Mesures

Longueur en cm 13.5 ; Epaisseur en cm 4.8 ; Hauteur en cm 14.5 ; Diamètre en cm 13.5

Inscriptions

Marque de fabrique (français), inscription (français), inscription (anglais), marque de fabrique (français)

Précisions inscriptions

Marque de fabrique, Au centre du cadran : BAYARD STENTOR ; inscription, En bas du cadran : REPETITION ; inscription, En bas du cadran : MADE IN FRANCE ; marque de fabrique, Sur le boîtier : BAYARD DB FRANCE

Description

Il s'agit d'un réveil Bayard modèle Stentor, équipé d'un mouvement GR 200 à sonnerie de réveil à répétition. Le mouvement mécanique est logé dans un boîtier en tôle emboutie nickelée-chromée de 13.5 cm de diamètre. Au sommet du réveil, se trouve le bouton 'arrêt sonnerie réveil'. L'ensemble repose sur deux pieds coniques gainés en plastique gris clair et dont l'embout est en aluminium poli. Le cadran gris argenté est composé de chiffres arabes fluorescents et possède deux aiguilles fluorescentes en forme de lance. Le cadran possède deux petits cadrans : un cadran de réveil en dessous du chiffre '12' et un cadran pour la trotteuse au dessus du chiffres '6'. En bordure de cadran principal, une graduation indique les minutes. Le cadran comporte les inscriptions 'BAYARD', 'STENTOR', 'REPETITION' et 'MADE IN FRANCE'

Contexte historique

Historique

Calibre identique pour les objets portant les numéros 207.08.231 ; 207.08.233 ; 207.08.234 ; 207.08.235 ; 207.08.06. Il fait parti des Grands Réveils, sa fabrication débute dans les années 1950 (en 1952, selon l'ouvrage collectif : CEPSNA, Les Réveils Bayard, plus d'un siècle de vie aliermontaise, Luneray, Bertout, 1999). Le réveil est caractérisé par une forte sonnerie à répétition. Il connaît un large succès dans les années 1950 et 1960, grâce notamment au choix du mécanisme de sonnerie : à répétition (6 fois alternativement) ou à sonnerie continue. Le réveil Stentor 200/130 (hauteur 15 cm) est référencé dans le catalogue n°1153 Réveils Bayard année 1953 (boîte archives N°7) et figure également dans la grille de tarif en vigueur au 1er novembre 1952. (Boîte archives N°7). Pas de traces du Stentor avant 1952, il ne figure pas dans le catalogue 1950-1951 Réveils Bayard (boîte archives n° 17). A la fin des années 1950, l'usine référence désormais ses productions par des lettres. Les réveils mécaniques 30 heures à répétition sont appelés GR. Le stentor 200/130 prend alors l'appellation GR 200. Le Stentor GR 200 est référencé dans le catalogue Réveils Bayard, 1956-57 (Boîte archives n°17 catalogue épais rouge) et le catalogue n° 1058 Réveils Bayard, 1957/58 (Boîte archives n°17). Dans les catalogues Réveils Bayard des années 1964-1965, 1965-1966 (boîte archives n°17), catalogues Bayard des années 1967, 1969 (boîte archives n°7.1), le Stentor GR 200 prend l'appellation GR 200 R. Dans les années 1980, il figure dans les catalogues sous la référence GR 200 (boîte archives n°17). ; Réveil équipé du mouvement GR 200 à répétition. Calibre identique pour les objets portant les numéros 207.08.231 ; 207.08.233 ; 207.08.234 ; 207.08.235 ; 207.08.06. Il fait parti des Grands Réveils, sa fabrication débute dans les années 1950 (en 1952, selon l'ouvrage collectif : CEPSNA, Les Réveils Bayard, plus d'un siècle de vie aliermontaise, Luneray, Bertout, 1999). Le réveil est caractérisé par une forte sonnerie à répétition. Il connaît un large succès dans les années 1950 et 1960, grâce notamment au choix du mécanisme de sonnerie : à répétition (6 fois alternativement) ou à sonnerie continue. Le réveil Stentor 200/130 (hauteur 15 cm) est référencé dans le catalogue n°1153 Réveils Bayard année 1953 (boîte archives N°7) et figure également dans la grille de tarif en vigueur au 1er novembre 1952. (Boîte archives N°7). Pas de traces du Stentor avant 1952, il ne figure pas dans le catalogue 1950-1951 Réveils Bayard (boîte archives n° 17). A la fin des années 1950, l'usine référence désormais ses productions par des lettres. Les réveils mécaniques 30 heures à répétition sont appelés GR. Le stentor 200/130 prend alors l'appellation GR 200. Le Stentor GR 200 est référencé dans le catalogue Réveils Bayard, 1956-57 (Boîte archives n°17 catalogue épais rouge) et le catalogue n° 1058 Réveils Bayard, 1957/58 (Boîte archives n°17). Dans les catalogues Réveils Bayard des années 1964-1965, 1965-1966 (boîte archives n°17), catalogues Bayard des années 1967, 1969 (boîte archives n°7.1), le Stentor GR 200 prend l'appellation GR 200 R. Dans les années 1980, il figure dans les catalogues sous la référence GR 200 (boîte archives n°17)

Lieu de création/utilisation

France, Haute-Normandie, Saint-Nicolas-d'Aliermont (lieu d'exécution)

Utilisation / Destination

Mesure du temps

Précisions utilisation

La sonnerie des réveils à répétition (Stentor et GR 236) peut-être continue ou répétitive suivant la position du levier à l'arrière du réveil. La répétition ne peut se faire que lorsque le mouvement fonctionne. Il est indispensable de remonter d'abord la sonnerie et le mouvement. (Cf. ' La Minute ' Bayard, N°14, mai-juin-juillet 1976, boîte archives n°7.1)

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, achat, Saint-Nicolas-d'Aliermont, musée de l'Horlogerie Aliermontaise

Date acquisition

2007

Ancienne appartenance

Béhague Alain

Localisation

Saint-Nicolas-d'Aliermont ; musée de l'Horlogerie Aliermontaise