BAYARD, SOCIETE DES ANCIENS ETABLISSEMENTS DUVERDREY & BLOQUEL (usine) : réveil (à mouvement mécanique)

Identification du bien culturel

N°Inventaire, ancien(s) numéros(s), autres numéros, N° de dépôt

207.08.218

Domaine (catégorie du bien)

horlogerie, métrologie - instruments de mesure

Dénomination du bien

réveil (à mouvement mécanique)

Appellation

sonnfor

Précisions / auteur / exécutant / collecteur

SOCIETE DES ANCIENS ETABLISSEMENTS DUVERDREY & BLOQUEL : ?, 1916 ; ?, 2eme moitié 20e siècle

Période de création / exécution

2e quart 20e siècle

Millésime de création / exécution

1932

Matériaux et techniques

tôle, embouti, galvanoplastie, nickelé, chromé, laiton, poli, verre

Mesures

Longueur en cm 11.2 ; Epaisseur en cm 5.1 ; Hauteur en cm 15 ; Diamètre en cm 11.2

Inscriptions

marque de fabrique (français), inscription (français), inscription (anglais), inscription (français)

Précisions sur les inscriptions

marque de fabrique, En bas du cadran : BAYARD SONNFOR ; inscription, En bas du cadran : D. FURGEROT MONTIGNY-en-OSTREVENT (NORD) ; inscription, En bas du cadran : MADE IN FRANCE ; inscription, Sur le boîtier : MOUVEMENT REVEIL SONNERIE

Description

Il s'agit d'un réveil Bayard modèle Sonnfor équipé du mouvement A, avec porte-échappement. Le mouvement mécanique est logé dans un fond de boîtier en tôle emboutie nickelée de 11.2 cm de diamètre. Le boîtier-lunette de 11.2 cm de diamètre, est en laiton embouti. Au sommet du réveil, se trouve une bélière nickelée et un bouton 'arrêt réveil'. L' ensemble repose sur deux pieds boules et béquille nickelés. Le cadran blanc est composé de chiffres arabes noirs et possède deux aiguilles noires, l'aiguille des heures est en forme de poire, l'aiguille des minutes en forme de lance. Au niveau du chiffre '12', se situe un cadran de réveil avec son aiguille noire en forme de poire. En bordure de cadran, une graduation indique les minutes. Le centre du cadran comporte l'inscription 'D. Furgerot Montigny-en-Ostrevent (Nord)', et fait référence au magasin Furgerot. Lorsqu'un horloger/bijoutier commandait une certaine quantité de réveils, l'usine Bayard proposait de personnaliser les cadrans, généralement au nom du revendeur comme ici

Contexte historique

Historique – Objets associés

Calibre identique pour les objets portant les numéros 207.08.201 ; 207.08.203 ; 207.08.204 ; 207.08.213 ; 207.08.215 ; 207.08.216 ; 207.08.218 ; 207.08.270 ; 207.08.276 ; 207.08.277 ; 207.08.279 ; 207.08.281 ; 207.08.283. La particularité de ce réveil est qu'il sonne fort. Le Sonnfor fait parti des modèles de Grands réveils fabriqués à partir de 1922. Après la Première guerre mondiale, Bayard se spécialise dans la fabrication du réveil. Sur le modèle américain, l'usine se modernise et des méthodes de travail rationnelles s'imposent avec le travail en série, géré et organisé. De nouveaux modèles apparaissent, les Grands Réveils : Sonnfor, Tapageur, Bayard-Bayard et ont un énorme succès. Les plus anciens réveils Sonnfor recensés dans la collection Béhague dateraient de 1920 (n° 207.08.216 et n°207.08.276). La date de fabrication indiquée sur la fiche d'inventaire papier ne correspond pas aux sources du musée de l'horlogerie, ces dernières stipulent que les modèles Grands Réveils sont fabriqués à partir de 1922. Le musée ne conserve pas de catalogues ou de tarifs détaillés de cette période, la date exacte de fabrication n'a donc pas pu être vérifiée. Le réveil Sonnfor figure dans les grilles de tarif des années 1932, 1933 (Boîte archives N°17), sous les références : 403 RVB/2 ; 403/RVB/6 ; 401 RVB/11 ; 409/2 ; 409/6 ; 405/2 ; 405/6 ; 405/8 ; 140/2 ; 410/6. Le réveil Sonnfor figure dans la grille de tarif de 1934 (Boîte archives N°17), sous les références : 409/2 ; 409/6 ; 405/2 ; 405/6 ; 405/8 ; 140/2 ; 410/6. Le réveil Sonnfor figure dans les grilles de tarif des années 1935, 1936, 1937 (Boîte archives N°17), sous les références : 409/2 ; 409/6. Le réveil Sonnfor figure dans la grille de tarif de 1940 (Boîte archives N°17), sous les références : 409/2 ; 409/6 ; 409/11. ; Réveil équipé du mouvement A avec porte-échappement. Calibre identique pour les objets portant les numéros 207.08.201 ; 207.08.203 ; 207.08.204 ; 207.08.213 ; 207.08.215 ; 207.08.216 ; 207.08.218 ; 207.08.270 ; 207.08.276 ; 207.08.277 ; 207.08.279 ; 207.08.281 ; 207.08.283. La particularité de ce réveil est qu'il sonne fort. Le Sonnfor fait parti des modèles de Grands réveils fabriqués à partir de 1922. Après la Première guerre mondiale, Bayard se spécialise dans la fabrication du réveil. Sur le modèle américain, l'usine se modernise et des méthodes de travail rationnelles s'imposent avec le travail en série, géré et organisé. De nouveaux modèles apparaissent, les Grands Réveils : Sonnfor, Tapageur, Bayard-Bayard et ont un énorme succès. Les plus anciens réveils Sonnfor recensés dans la collection Béhague dateraient de 1920 (n° 207.08.216 et n°207.08.276). La date de fabrication indiquée sur la fiche d'inventaire papier ne correspond pas aux sources du musée de l'horlogerie, ces dernières stipulent que les modèles Grands Réveils sont fabriqués à partir de 1922. Le musée ne conserve pas de catalogues ou de tarifs détaillés de cette période, la date exacte de fabrication n'a donc pas pu être vérifiée. Le réveil Sonnfor figure dans les grilles de tarif des années 1932, 1933 (Boîte archives N°17), sous les références : 403 RVB/2 ; 403/RVB/6 ; 401 RVB/11 ; 409/2 ; 409/6 ; 405/2 ; 405/6 ; 405/8 ; 140/2 ; 410/6. Le réveil Sonnfor figure dans la grille de tarif de 1934 (Boîte archives N°17), sous les références : 409/2 ; 409/6 ; 405/2 ; 405/6 ; 405/8 ; 140/2 ; 410/6. Le réveil Sonnfor figure dans les grilles de tarif des années 1935, 1936, 1937 (Boîte archives N°17), sous les références : 409/2 ; 409/6. Le réveil Sonnfor figure dans la grille de tarif de 1940 (Boîte archives N°17), sous les références : 409/2 ; 409/6 ; 409/11

Lieu de création / d’exécution / d’utilisation

France, Haute-Normandie, Saint-Nicolas-d'Aliermont (lieu d'exécution)

Utilisation / Destination

mesure du temps

Précisions sur l’utilisation

Mécanisme à porte échappement, ce qui signifie que l'échappement est fixé sur une platine rapportée

Informations juridiques

Statut juridique

propriété de la commune, achat, Saint-Nicolas-d'Aliermont, musée de l'Horlogerie Aliermontaise

Date d’acquisition

2007

Ancienne appartenance

Béhague Alain

Localisation

Saint-Nicolas-d'Aliermont ; musée de l'Horlogerie Aliermontaise