Combat du Peï-Ho en Chine

Identification du bien culturel

N°Inventaire

2001.1.24/MTAN

Dénomination

mouchoir illustré

Titre

Combat du Peï-Ho en Chine

Période de création

3e quart 19e siècle

Millésime de création

1859

Matériaux - techniques

coton (imprimé, cuivre)

Mesures

Longueur cm 47 ; Largeur cm 52

Inscriptions

Inscription concernant l'exécutant, titre, texte

Précisions inscriptions

Inscription concernant l'exécutant : Signature du graveur en bas à droite : Buquet d et sc ; inscription concernant l'exécutant : Signature de l'imprimeur en bas à gauche : Lamy Godard Frères à Rouen ; titre : Titre du mouchoir en haut : combat du Pei-Ho en Chine ; texte : Texte explicatif en dessous du dessin : Aux termes de l'article 42 du traité signé à Tien - Tsin le 27 juin 1858,les ratifications devaient être échangées à Pékin, et les ministres de France et d'Angleterre avaient en conséquence, quitté Shang - Haï pour se rendre dans la capitale du Céleste Empire, après avoir annoncé leur départ au commissaire du gouvernement Chinois. Arrivés aux embouchures du Pei - Ho le 20 juin, où ils avaient été précédés par l'amiral Hope, commandant les forces navales d'Angleterre, ils tentèrent inutilement de se mettre en rapport avec les autorités Chinoises. L'accès du fleuve avait été fermé par des cascades, l'amiral Hope et le capitaine Tricault, commandant la Duchayla, durent essayer de forcer l'entrée ; les forts de Pei - Ho ouvrirent le feu de toutes leurs batteries, qui avaient été rétablies et armées de pièces à longue portée ; les alliés, ne disposant pas de force suffisantes, ne réussirent pas à l'éteindre, malgré la bravoure héroïque déployée par les marins Anglais et Français et par leurs officiers. Après un combat de plus de 4 heures, 3 canonnières avaient été coulées, et 478 officiers et marins, dont 14 français, avaient été mis hors de combat; l'Amiral Hope et le commandant Tricault ils étaient eux-mêmes légèrement blessés. Ne pouvant soutenir une lutte inégale avec des forces qui n'avaient été combinées que pour faire escorte aux envoyés de la France et de l'Angleterre, les alliés durent se retirer, et ils étaient de retour a Shang - Haï le 9 juillet. Le gouvernement de l'Empereur et celui de sa majesté Britannique se concertent pour infliger le châtiment et pour obtenir toutes les réparations qu'exige un acte aussi éclatant de déloyauté

Description

Epreuve d'atelier. Décor marron sur fond bis

Etat du bien

Bon

Sujet représenté

scène (guerre)

Précisions sujet représenté

Combat entre une flotte et les fortifications d'un pont. Sous le dessin, texte qui explique le combat illustré

Contexte historique

Lieu de création/utilisation

France, Haute-Normandie, Seine-Maritime, Rouen (lieu de création) ; France, Haute-Normandie, Seine-Maritime, Darnétal (lieu d'exécution)

Précisions utilisation

Extrait des Carnets d'atelier Buquet Le 16 SEPTEMBRE 1859 : Mr. Lamy me commande un motif sur l'Affaire du Peïho, Chine 25 Juin. Le 17 septembre : Travaillé au dessin Affaire de Peïho

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété du département, don, Seine-Maritime, musée des Traditions et Arts normands

Ancienne appartenance

BUQUET Jacques (collection privée)

Informations complémentaires

Exposition

Exposition temporaire de septembre 1998 de septembre 1999 au musée des Traditions et Arts Normands au château de Martainville et au Musée Industriel de la Corderie Vallois à Notre Dame de Bondeville

Bibliographie

Tissu d'Histoire, Histoire de tissu (n°102 page 93) Musée Oberkampf. 1er octobre 1985 - 5 janvier 1986 (notice 72)

1/2
Combat du Peï-Ho en Chine_0