Mlle Hittorff en Minerve

Identification du bien culturel

N°Inventaire

MI.867.2297 ; 20 F22 SP (Inventaire Cambon) ; 1981 (Inventaire Momméja)

Domaine

dessin

Titre

Mlle Hittorff en Minerve

Précision auteur

INGRES : Montauban, 1780/08/29 ; Paris, 1867

Ecole-pays

France

Période de création

3e quart 19e siècle

Millésime de création

1855 vers

Mesures

Hauteur en cm 36 ; Largeur en cm 23.3

Inscriptions

Annotation

Précisions inscriptions

Annotation : pour Mr Hittorff - les grands dieux (Mlle Hittorff en minerve) ; F°445 / 1 dessin / serie 15

Description

Mine de plomb et blanc sur calque (un trait de carreau)

Contexte historique

Genèse

Étude, objet en rapport

Historique

Il s'agit d'une étude pour une peinture de J.A.D. Ingres, intitulée le 'Minerve'. Les six médaillons des Dieux (Jupiter, Vénus, l'Amour, Junon, Mars et Minerve) ont été peints pour la maison parisienne de l'architecte Hittorff, ami et collaborateur occasionnel d'Ingres pour 'Homère déifié'. On sait, par une lettre de Charles Hittorff, que l'ensemble fut achevé en 1864. Mais les médaillons furent réalisés, en fait, sur une longue période. Celui qui représente Minerve (Cologne, Wallraf-Richartz Museum) date de 1858. Il adapte une esquisse (Grenoble, musée des Beaux-Arts) pour laquelle posa Isabelle Hittorff, fille de l'architecte, sans doute vers 1855. ; Il s'agit d'un tableau de J.A.D. Ingres, intitulé le 'Minerve' datant environ de 1855. Ce tableau fait partie d'un ensemble de 6 médaillons des Dieux peints pour la maison parisienne de l'architecte Hittorff ; en rapport avec : Ingres, Minerve (Cologne)

Lieu de création/utilisation

France, Ile-de-France, Paris (lieu de création)

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, legs, Montauban, musée Ingres

Date acquisition

1867

Ancienne appartenance

Collection de l'artiste, INGRES Jean Auguste Dominique

Informations complémentaires

Exposition

Les Portraits d'Ingres (n°XXII-2 (reproduction))

Bibliographie

Catalogue raisonné des dessins du musée de Montauban, Paris, 1995 (n°2262, reproduit page 400)