PUECH Denys (sculpteur) : La Pensée sorbonnienne

Identification du bien culturel

N°Inventaire, ancien(s) numéros(s), autres numéros, N° de dépôt

2006.0.78 ; DA C 119 (Catalogue Bousquet 1988) ; DP 38-12/C 117 (Inventaire Denys Puech)

Domaine (catégorie du bien)

sculpture

Dénomination du bien

statuette

Titre

La Pensée sorbonnienne

Auteur / exécutant / collecteur

PUECH Denys (sculpteur)

Précisions / auteur / exécutant / collecteur

PUECH : Gavernac, 03/12/1854 ; Rodez, 12/1942 ; nationalité : Française

Ecole

France

Période de création / exécution

1er quart 20e siècle

Millésime de création / exécution

1903

Matériaux et techniques

plâtre

Mesures

Hauteur en cm 31 ; Largeur en cm 12 ; Profondeur en cm 9.5

Inscriptions

signature, date, inscription

Précisions sur les inscriptions

signé et daté, sur la base à gauche : D PUECH / 1903 ; étiquette, au-dessous : La Pensée Sorbonienne / Plâtre / coll. MDP

Etat du bien

Bon état, Complet

Sujet représenté

figure (allégorie : enseignement, femme, méditation, debout, robe, draperie, chignon, livre)

Contexte historique

Historique – Objets associés

Troisième état (1905) Contexte de création : En 1899, le conseil municipal de la Ville de Paris réserve une somme de 62 000 francs pour la décoration sculpturale de la Sorbonne. 10 000 francs sont alloués à Denys Puech pour une grande figure en bronze devant prendre place au centre du parvis de la cour d'honneur. Le 20 avril 1900, la commission des Beaux-Arts reproche à l'esquisse de Puech l'arrangement trop moderne de la coiffure et le vêtement qui 'semble un peu trop représenter une doctoresse'. L'artiste est alors appelé à s'entendre avec Paul-Henri Nénot, l'architecte, pour entreprendre des modifications. Mais le 30 novembre 1905, Nénot prévient le directeur des Beaux-Arts de l'abandon par Puech de son projet. Par une note du 3 février 1907, on apprend que l'architecte, lors de la mise en place de la maquette grandeur nature dans l'axe de la cour, avait jugé l'effet 'déplorable pour l'harmonie générale'. Au salon de 1902, la 'Pensée sorbonnienne' est comparée à la joueuse de boules de Gérôme. Le musée Denys-Puech possède aussi une esquisse en plâtre peint du premier état (2006.0.79), un grand plâtre peint (2006.0.104) correspondant au deuxième état de l'oeuvre (c'est le plâtre correspondant au marbre polychrome du musée du Petit Palais à Paris) ainsi que deux statuettes en marbre de la même version (2006.0.16 et 2006.0.77) ; et enfin, un plâtre patiné (1967.2.2), une statuette en marbre polychrome (1985.1.1) et une statuette en grès (2012.4.1) correspondant au troisième état de l'oeuvre (1905).

Lieu de création / d’exécution / d’utilisation

France, Ile-de-France, Paris (lieu de création)

Informations juridiques

Statut juridique

propriété de la commune, don, Rodez, musée Denys-Puech

Date d’acquisition

date d'acquisition inconnue

Ancienne appartenance

Collection de l'artiste, PUECH Denys

Localisation

Rodez ; musée Denys-Puech

Informations complémentaires

Bibliographie

Catalogue Denys Puech (n°51 p 102) Bousquet Jacques, le musée des Beaux-arts de Rodez de bout en bout, Montpellier 1988. (n° 80, page 20. )