Grand danseur

Identification du bien culturel

N°Inventaire

A.992.176 ; JG-14 (Inv. Magnien :)

Domaine

sculpture

Titre

Grand danseur

Précision auteur

GORMAND : Toury, 1905 ; Mâcon, 1963 ; femme ; Autour du sculpteur Descombin et de l'Ecole d'Art de Mâcon se développe, dans l'immédiat après-guerre, une intense activité artistique. Les artistes qui fréquentent Johé Gormand - peintre et sculpteur que l'on peut rattacher à l'Art brut - reconnaissent l'originalité de sa démarche, s'émeuvent de la spontanéité et de la profondeur de son travail. Native de Cortambert, près de Cluny, Johé Gormand vit à Paris avant de retrouver sa terre natale en juin 1940. Elle travaille dans un extrême dénuement, crée des sculptures en ciment et fil de fer des vignes voisines, des peintures sur drap, torchon ou toile de jute cousus entre eux et tendus sur des châssis sommairement bâtis, des dessins à l'encre de Chine ou à l'aquarelle. Elle retranscrit des visions étranges teintées d'un idéal à l'image de l'humanisme de saint François d'Assise ou des utopies de Don Quichotte. Sa cosmogonie engendre autant de Sancho Panza que de Mao, de Lénine ou de Prométhée. Cette sculpture provient de l'importante donation décidée par les ayants-droits de l'artiste en 1970 à l'occasion de l'exposition rétrospective organisée par le conservateur Emile Magnien.

Ecole-pays

France

Période de création

3e quart 20e siècle

Millésime de création

1957 entre, 1963 et

Matériaux - techniques

fer, bois

Mesures

H. en cm 55.5 ; L. en cm 21.5

Description

L'oeuvre est réalisée avec des fils de fer récupérés dans les vignes dont des vrilles sont conservées. Des fils de fer étamés ont également été utilisés pour former des pelotes de fils métalliques qui sont fixées sur la terrasse en bois avec des clous. L. Lefèvre, sept. 2011.

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, don, Mâcon, musée des Ursulines

Date acquisition

1970

Ancienne appartenance

Collection privée, Porcheron Claude, 20e siècle

Informations complémentaires

Exposition

Johé Gormand, une poétique de l'art brut : musée des Ursulines, Mâcon, du 5 novembre 2011 au 29 janvier 2012. Exposition des sculptures de Raoul Vidon en parallèle à l'exposition, présentées dans la Salle Mâconnaise en tant qu'objet mystère, et dans la vitrine du tour du potier. Johé Gormand, Musée des Ursulines, 16/01-06/02/70 (Sans doute exposée lors de la 1ère exposition rétrospective au musée des Ursulines en 1970.)

Bibliographie

Johé Gormand (1905 - 1963) : une poétique de l'art brut : exposition, musée des Ursulines, Mâcon, 5 novembre 2011 - 29 janvier 2012 / Benoît Mahuet .- Mâcon : Musées de Mâcon, 2011 .- 120 p. : ill en noir et en coul, couv ill en coul ; 30 cm .- isbn 2-901400-45-0. (MAHUET Benoît, Johé Gormand (1905 - 1963) : une poétique de l'art brut, cat. expo, Mâcon, musée des Ursulines, (5 novembre 2011 - 29 janvier 2012), Mâcon : Musées de Mâcon, 2011, 120 p. Reprod. p. 90)

Grand danseur_0