aiguière, bassin

Identification du bien culturel

N°Inventaire, ancien(s) numéros(s), autres numéros, N° de dépôt

CA T 1034 ; 101 (Cat. Verrerie 2005)

Domaine (catégorie du bien)

verrerie

Dénomination du bien

Aiguière, bassin

Auteur / exécutant / collecteur

anonyme (verrier)

Ecole

France

Anciennes attributions

Ancienne attribution : anonyme, Venise

Période de création / exécution

2e moitié 18e siècle

Matériaux et techniques

Verre (bleu)

Mesures

H. 30 ; H. du bassin 5.2 ; H. aiguière 27 ; D. du bassin 19.5 ; D. de la base 15.8

Description

Aiguière et son bassin en verre translucide de couleur bleue. Des filets de 'latticinio' en relief soulignent le col à bec verseur de l'aiguière. La proéminence de l'anse latérale verticale et la panse fuselée trahissent nettement un emprunt aux formes de vases antiques. Notre pièce semble presque une création hybride entre le loutrophore et le lécythe, revisitée dans un style géométrique aux lignes extrêmement anguleuses et aux proportions élancées, qui lui donne cet élégant profil et cette impression de grande stabilité sans austérité. Dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, on assiste à l'émergence d'un véritable mouvement artistique en faveur de la culture classique dans laquelle il puise son inspiration. Ainsi, une aiguière, dont le profil géométrique imite également un lécythe pourvu d'une anse carrée rappelle fortement la nôtre, quoique moins élancée, date des années 1812-1830. Le recours aux filets blancs sur le haut du col, afin de rehausser la couleur bleu vif du verre, se manifeste sur une cruche et une aiguière du XVIIIe siècle (Paris, musée des Arts Décoratifs, n° 23435 et n° 54724). Comme à l'accoutumée, un récipient, utilisé pour le lavage de mains avant et après le repas, accompagne l'aiguière. Pour plus de commodité nous le nommons bassin, mais sa petite circonférence et sa base à cul rentrant, qui pénètre dans le pied de l'aiguière, nous font douter de son usage pour la toilette. En outre, la similitude du bassin avec le principe d'emboîtement du couvercle des glacières (Lyon, musée lyonnais des Arts Décoratifs, n° indéterminé) est tout à fait surprenante et inédite pour Monsieur Jean-Luc Olivié. Les deux bourrelets successifs ménagés sur le couvercle s'adaptent sur les bords de chacun des récipients de la glacière, mais sur notre pièce, l'un, dissimulé sous le bassin, sert de base, tandis que l'autre, à la base du bassin, devient un simple élément décoratif évoquant l'ourlet du haut et les deux disques de la jambe de l'aiguière. (Petit, 2005)

Contexte historique

Lieu de création / d’exécution / d’utilisation

France (lieu de création)

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, legs, Dijon, musée des beaux-arts

Date d’acquisition

1878

Ancienne appartenance

Collection privée, Trimolet Anthelme et Edma

Localisation

Dijon ; musée des beaux-arts

Informations complémentaires

Bibliographie

Gleize (Emile), Catalogue descriptif des objets d'art formant le musée Anthelme et Edma Trimolet, Dijon, 1883 (n° 1034 (Venise)) Arminjon (Catherine) et Blondel (Nicole), Principes d'analyse scientifique, objets civils domestiques, vocabulaire, Paris, 1984 (p. 11, n°s 554 et 555) Bellanger (Jacqueline), Verre d'usage et de prestige, France, 1500-1800, Paris,1988 (pp. 328 et 418) Montes de Oca (Fernando), L'âge d'or du verre en France, 1800-1830, verreries de l'Empire et de la Restauration, Levallois-Perret, 2001 (p. 170, n° 142) Petit (Géraldine), Catalogue raisonné de la collection de verrerie occidentale (XVe-XXe siècles) du musée des Beaux-Arts de Dijon, 2 vol., Mémoire de Master I d'histoire de l'Art Moderne de l'université de Bourgogne, 2005 (Vol. I, n° 101)