coupe (sur pied)

Identification du bien culturel

N°Inventaire, ancien(s) numéros(s), autres numéros, N° de dépôt

G 364 ; 132 (Cat. Verrerie 2005)

Domaine (catégorie du bien)

verrerie

Dénomination du bien

Coupe (sur pied)

Précisions / auteur / exécutant / collecteur

DAUM Antonin : Bitche, 1864 ; Nancy, 1930 DAUM Auguste : Bitche, 1853 ; Nancy, 1908

Ecole

France

Période de création / exécution

4e quart 19e siècle

Millésime de création / exécution

1893

Matériaux et techniques

Cristal, soufflé moulé, gravé à l'acide, émail sur verre, doré

Mesures

H. 10.5 ; H. de la coupe 4.5 ; D. du col 9.5 ; D. du pied 7.7

Inscriptions

Inscription

Précisions sur les inscriptions

Inscription, sous le bord du pied : Gravée et dorée, DAUM NANCY ; inscription : Qui s'y frotte s'y pique'

Description

Coupe russo-lorraine soufflée-moulée en cristal translucide ambré à décor d'armoiries de Lorraine et de Russie, gravé à l'acide, émaillé et doré. La signature Daum Nancy et la croix de Lorraine sont gravées et dorées sous le bord du pied. Cette pièce, réalisée en 1893 par les frères Daum à l'occasion de la venue d'une escadre russe en octobre 1893, dans le but de célébrer le rapprochement entre la France et la Russie, est parfaitement bien décrite par les créateurs dans l'ouvrage d'Emile Goutière-Vernolle en 1894 . Christophe Bardin reproduit le commentaire et le complète. Antonin et Auguste Daum souhaitaient avant tout insister sur le caractère utilitaire et la destination originale du cadeau. Les artistes nancéens, qui se sont associés à l'évènement, ont le plus souvent offert leurs créations aux personnalités importantes, en revanche, les frères, les ont réservées aux officiers de navires. Le déploiement du décor gravé et émaillé sur la jambe à trois constrictions, portée par un pied convexe, et sur la coupe, unifie la surface de cristal ambré translucide. Pas moins de six motifs différents : hachures, croix de Lorraine, points, enroulements, rinceaux et arabesques, interrompus par des rinceaux dorés, tapissent en effet la pièce. Les armoiries de Lorraine et de Russie s'inscrivent ainsi dans ces sortes de compartiments. Sur la coupe, le chardon et la devise de Nancy, 'Qui s'y frotte, s'y pique', font face à la croix de Saint-André et l'aigle impérial à l'alérion ducal. L'ancre marine et l'étoile du pied confirment simplement la destination de l'objet. Ce souci de symétrie est également visible dans la couleur. L'émail noir du chardon et du plumage de l'aigle s'oppose aux teintes rouge de la croix de Lorraine et blanche utilisées pour l'alérion. Christophe Bardin précise par ailleurs que l'utilisation de la couleur rouge pour le bec et les pattes de l'aigle s'est avérée être une erreur dont les officiers auraient pu prendre ombrage. Les deux renflements supérieurs sont enfin ornés de la devise gravée Plus penser que dire. Ce très riche décor réalisé, certes pour célébrer le rapprochement des deux pays après le conflit de 1870, rendu officiel par la signature d'une convention militaire en 1894, témoigne également d'un fort ressentiment à l'égard de l'Allemagne. La France et la Russie ont en effet ratifié un traité militaire à l'encontre de l'Allemagne et l'Alsace et la Lorraine espèrent reprendre leur revanche après la défaite de 1871. (Petit, 2005)

Sujet représenté

Ornementation (ancre, chardon, aigle, croix de Lorraine, rinceau, arabesque, signe alphabétique, croix de saint-André, armoiries)

Contexte historique

Lieu de création / d’exécution / d’utilisation

France, Lorraine, Meurthe-et-Moselle, Nancy

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, legs, Dijon, musée des beaux-arts

Date d’acquisition

1905

Ancienne appartenance

Collection privée, Grangier Henri et Sophie

Localisation

Dijon ; musée des beaux-arts

Informations complémentaires

Exposition

De cruche en verre, Arnay-le-Duc : Musée Régional des Arts de la Table, 1984

Bibliographie

Gaitet (Louis), Catalogue de la collection Grangier, Dijon, 1917 (n° 364 (Nancy, Daum, XIXe siècle)) Bascou (Marc), Musée d'Orsay, catalogue sommaire des arts décoratifs, Paris, 1988 (p. 68) Bardin (Christophe), Daum, 1878-1939, une industrie d'art lorraine, Metz, 2004 (p. 129) Petit (Géraldine), Catalogue raisonné de la collection de verrerie occidentale (XVe-XXe siècles) du musée des Beaux-Arts de Dijon, 2 vol., Mémoire de Master I d'histoire de l'Art Moderne de l'université de Bourgogne, 2005 (Vol. I, n° 132)