gobelet, ensemble

Identification du bien culturel

N°Inventaire, ancien(s) numéros(s), autres numéros, N° de dépôt

A 27 ; 142 (Cat. Verrerie 2005)

Domaine (catégorie du bien)

verrerie

Dénomination du bien

Gobelet, ensemble

Auteur / exécutant / collecteur

anonyme (verrier)

Ecole

Russie

Période de création / exécution

18e siècle, 19e siècle

Matériaux et techniques

Verre, perle synthétique, émail sur verre, doré

Mesures

H. 8.5 ; D. du col 7.5 ; D. base 7.2 ; Ep. manchette 0.3

Inscriptions

Monogramme

Précisions sur les inscriptions

Monogramme : à l'intérieur d'un médaillon, JM

Description

Epais gobelet en verre translucide et incolore sur plan circulaire à bords droits à décor doré et émaillé marqué du monogramme 'JM' à l'intérieur d'un médaillon et orné de trois mouches. Une manchette de perles vient recouvrir le décor initial. La pièce manifeste un état général satisfaisant. Néanmoins, le fond de la manchette se déchire en suivant le contour du verre. Le décor doré et émaillé masqué par la manchette de perles, dans laquelle le verre est enchâssé, annonce d'emblée la réutilisation du verre. Il apparaît clairement que le décor appliqué sur le verre précède l'application de la manchette. Ces deux types d'ornement doivent donc être étudiés indépendamment l'un de l'autre en raison de leur succession dans le temps et leurs destinations. La forme simple et les proportions du verre d'une part et le décor doré et émaillé employé dans la frise et les trois insectes, d'autre part, évoquent immédiatement les créations issues de l'atelier de l'artiste viennois Anton Kothgasser (1769-1851) (Amsterdam, Rijksmuseum, n° N.M 10754-280). Le liseré doré continu entre l'intérieur et l'extérieur du col, la bande de rosettes de points bleus et les trois mouches composent en effet les motifs chers à cet artiste bien que la couleur des rosettes et le nombre des diptères fluctuent. Les positions variées des trois insectes finement émaillés en noir et rouge, l'un en biais dirigé vers le haut, les autres orientés vers la droite et la gauche, apportent une touche de fantaisie. Cet insecte constitue le motif décoratif de sa production le plus accessible à sa clientèle. L'absence de signature et l'impossibilité d'observer d'autres oeuvres d'Anton Kothgasser, caractérisées par leur grande finesse , nous empêchent d'attribuer la réalisation de cette pièce à son atelier. Toutefois, les mouches semblent devenir un motif naturaliste courant dès la fin du XVIIIe siècle. Un verre couvert conservé à la Maison de Saint-Pétersbourg est décoré de ces insectes (Saint-Pétersbourg, Maison du verre, n° indéterminé). Le décor initial date donc de la fin du XVIIIe siècle ou de la première moitié du XIXe siècle. Le médaillon circulaire, près du col, règle la composition, puisque les insectes s'organisent autour de lui. Son contour reprend le liseré doré du col et les points bleus. Le monogramme 'JM' qu'il abrite laisse supposer que le verre est une commande destinée à une personne répondant à ces initiales. Le décor et le monogramme étant logiquement destinés à être visibles, la manchette, cousue de minuscules perles colorées, est donc venue après coup recouvrir le verre. Elle comporte un décor couvrant de fleurs multicolores ménagé par la double répétition d'une frise, séparée par des feuilles. La variété des fleurs, des teintes, bleues, jaunes et roses, des différents stades d'épanouissement, en boutons ou déjà écloses, et le jeu de lumière concourent à créer un effet de grande vraisemblance. Une des fleurs bleues évoquent d'ailleurs une pensée. Un fin liseré rose délimite le décor près du col et de la base. Le fond rose de la manchette, décoré d'une sorte d'étoile noire à huit branches, imite la base taillée en étoile des gobelets du début du XIXe siècle. Cette étoile, animée d'un mouvement de rotation centrifuge sur la gauche, s'étire jusqu'à une bordure rose assez épaisse. L'originalité de cette pièce réside dans la superposition de décors d'origines et de destinations opposées. Le décor d'atelier doré et émaillé, destiné à la diffusion, cohabite avec une activité pratiquée au foyer. La réalisation de manchettes de perles est une industrie exclusivement domestique habituelle originaire du nord de la Bohême qui se développe et se diffuse rapidement en Europe (Munich, Bayerisches Nationalmuseum, n° 24/341) et en Russie (Munich, Bayerisches Nationalmuseum, n° G 152) à la fin du XVIIIe siècle et au XIXe siècle. Un verre autrichien, daté de la première moitié du XIXe siècle, recouvert d'une manchette de perles témoigne également de cette pratique (Belgrade, musée des Arts Décoratifs, n° indéterminé). L'origine russe de la pièce est privilégiée en raison de la provenance de la collection de la Comtesse d'Armandy . (Petit, 2005)

Sujet représenté

Ornementation (mouche, fleur orn, médaillon orn)

Contexte historique

Genèse

Objet en rapport

Historique – Objets associés

Voir aussi : Ensemble de gobelets (A 27 et A 28) , Gobelet (A 28)

Utilisation / Destination

Vaisselle, consommation des boissons

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, don, Dijon, musée des beaux-arts

Date d’acquisition

1936

Ancienne appartenance

Collection privée, Armandy Comtesse d'

Localisation

Dijon ; musée des beaux-arts

Informations complémentaires

Bibliographie

Chelkovniov (B.A.), Khoudojestvenne steklo, Leningrad, 1962 (p. 129, n° 53) Gajic-Loncar (Ruza), La verrerie production et formes d'art à travers les siècles, Belgrade, 1964 (p ?, n° 26) Rückert (Rainer), Die Glassammlung des Bayerischen Nationalmuseums München, Munich, 1982 (texte pp. 308 et 309, ill. p. 287, n°s 887 et 888) Ritsema Van Eck (Pieter C.) et Zijlstra-Zweens (Henrica M.), Glass in the Rijksmuseum, Zwolle, 1993-1995 (p. ?, n° 417, n° 265 et 300) Petit (Géraldine), Catalogue raisonné de la collection de verrerie occidentale (XVe-XXe siècles) du musée des Beaux-Arts de Dijon, 2 vol., Mémoire de Master I d'histoire de l'Art Moderne de l'université de Bourgogne, 2005 (Vol. I, n° 142)